Tuesday, September 29, 2009

Soins de beauté pour enfants

Les spas et les salons de beauté restent des destinations très convoitées par les adultes. On aurait difficilement imaginé que ces lieux soient destinés aux enfants. Détrompez-vous. Ces centres aux mille et une couleurs commencent à fleurir au Liban et se font une clientèle. Les psychologues déplorent une enfance volée.

Dans un des centres de la capitale, un spa et salon de beauté a ouvert ses portes récemment à une clientèle pas comme les autres. Joliment décoré, pétillant de mille et une couleurs, il accueille les enfants... et leurs parents, pour une coupe de cheveux en regardant un film DVD, un brushing, une manucure, une pédicure, un maquillage, une épilation, un tatouage ou encore un soin de beauté. Un coin a été consacré pour les vêtements et les accessoires « faits main » et un autre a été transformé en salle de jeu.

« Nous n'avons pas de groupes d'âge, explique Maya Hilal, propriétaire d'un de ces salons. Ils sont actuellement trois centres à offrir ces services au Liban. Nous accueillons les enfants dès leur première coupe, c'est-à-dire à partir d'un an et demi, jusqu'à l'âge adulte. Les enfants peuvent également venir avec leurs parents pour se faire un soin. Le garçon avec son père, la fille avec sa mère. »
Le salon de beauté offre également la possibilité d'organiser des anniversaires d'enfants, avec pour thème, bien évidemment, « la beauté ». Ainsi, « les petits peuvent apprendre à faire leur lotion, ils fabriquent eux-mêmes les cadeaux de retour, font des travaux manuels... activités toutes en relation avec la beauté », souligne Maya Hilal. « De même, nous organisons à cet effet un défilé des vêtements disponibles chez nous. Prochainement, nous allons ouvrir un programme extrascolaire, à raison d'une heure par jour, au cours de laquelle les fillettes apprennent à faire leur propre lotion de corps ou leur rouge à lèvres, sachant que tous les produits que nous utilisons sont spécialement conçus pour enfants et sont hypoallergéniques. »

Comment a-t-elle eu l'idée d'ouvrir ce salon ? « J'ai constaté une prédisposition chez les femmes libanaises à pomponner leurs filles, répond-elle. En effet, j'entendais souvent les mamans qui discutaient entre elles dire qu'elles accompagnaient leur petite fille chez le coiffeur pour un brushing ou un soin, parce qu'elles avaient un anniversaire ou une sortie spéciale. J'ai ainsi eu l'idée d'ouvrir cet endroit destiné essentiellement aux enfants et combinant plusieurs activités à la fois. »

Ne pense-t-elle pas qu'elle expose les enfants à des pratiques qui ne sont pas de leur âge ? « Tout revient à la maman, insiste Maya Hilal. C'est elle qui doit imposer les limites. Personnellement, j'ai deux filles de 7 et 5 ans. Quand j'ai ouvert le salon, elles ont pensé qu'elles allaient y passer tout leur temps. Mais je leur ai imposé des règles. Elles n'y viennent pour une manucure qu'une seule fois par mois, le week-end, et le vernis à ongles doit être enlevé le lendemain au maximum. Elles peuvent venir toutes les semaines pour se faire couper ou limer les ongles, un bain de pieds, ou pour se faire arranger les cheveux. C'est sous cet angle que j'aimerais qu'on considère cet endroit. C'est-à-dire pour se faire chouchouter tout en apprenant aux enfants l'hygiène et à prendre soin d'eux-mêmes. C'est une activité au même titre que le sport. C'est amusant et les petits adorent. »

Et Maya Hilal d'ajouter : « Ces spas pour enfants sont très en vogue en Europe, aux États-Unis et au Canada. L'idée est nouvelle au Liban. En Occident, les gens sont naturels et la fréquentation de tels endroits se fait d'une façon saine et naturelle. Malheureusement, les Libanais prennent toujours les choses à l'extrême. D'ailleurs, nous constatons déjà chez les enfants une certaine compétition due à l'ambiance dans laquelle ils grandissent et à celle de leur famille. Je n'ai rien inventé. J'ai proposé un service qu'ils consomment déjà, mais ailleurs. »
« L'enfance volée »
On vole l'enfance. Telle est la première réaction de Danielle Pichon, psychologue clinicienne, neuropsychologue et psychothérapeute orientée enfant, interrogée sur le sujet par L'Orient-Le Jour. « Personnellement, je crois en l'éducation ferme et sécurisante à travers laquelle l'enfant peut se positionner pour s'épanouir et grandir, souligne-t-elle. L'enfant doit courir, sauter et grimper. Ce sont des activités qui font partie de son apprentissage, qui le poussent à oser prendre des risques, c'est-à-dire à oser apprendre et entreprendre des choses nouvelles. Quand on catapulte l'enfant dans des situations qui ne sont pas de son âge, à savoir des préoccupations d'habits, de manucure, de pédicure, de soins du visage, etc., on lui donne des repères complètement artificiels, à côté desquels c'est le vide total. Donc, on ne permet pas à l'enfant de construire sa personnalité, ni sa culture, ni son savoir. Au contraire, on le pousse à être capricieux et à devenir un petit tyran. »

« On peut apprendre aux filles à avoir de l'hygiène et à être féminine ou à un garçon à être propre sur lui et à se coiffer, mais cela doit faire partie d'un besoin naturel de plaisance surtout pour soi », poursuit Danielle Pichon.

Pour la psychologue, ce n'est pas une minorité qui entreprend de pareilles activités. « Si nous comptons la minorité qui va aux spas pour enfants, celle des anniversaires abusifs ou encore de la socialisation abusive, etc., nous constatons qu'il y a finalement une majorité de gens qui construisent un vide culturel, déplore-t-elle. Et c'est inquiétant. Il est clair qu'il existe des âges. Malheureusement, les personnes se trompent énormément entre le fait de garder des périodes, de préserver un enfant et de faire face à une réalité. »

Les salons pour enfants sont nécessaires, surtout si ces derniers n'aiment pas se faire couper les cheveux. « Ainsi, ils peuvent le faire dans un milieu ludique, note toutefois Danielle Pichon. Mais transformer une coupe nécessaire et mignonne dans un but d'hygiène en objets et désirs parentaux est effrayant. C'est mignon parfois de vouloir faire comme maman en mettant un vernis à ongles, mais que cette manucure devienne très tôt une nécessité n'est pas normal. Je suis triste de voir une enfance volée, c'est-à-dire des enfants qui ne jouent plus, ne courent plus, n'inventent plus et ne se défoulent plus. On rentre dans un carcan terrifiant. »



Une hygiène nécessaire

« C'est tellement poétique que maman coupe les ongles de son enfant, insiste Danielle Pichon. Il y a un engagement d'amour dans cette hygiène et une complicité à deux. C'est important qu'un enfant ait envie d'être propre, de sentir bon et d'être coiffé, mais ce n'est pas important qu'un enfant porte un pantalon avec des ceintures difficiles, des bottes avec lesquelles il ne peut pas courir et sauter, mais qu'il le fait parce que c'est la mode et que c'est une grande marque. Je suis terrifiée de voir parfois dans les garderies des filles arriver avec des robes longues, des ballerines et des collants. Aucune tenue adéquate pour qu'elle puisse jouer et se dépenser. »

Comment évoluera un enfant dont le spa et les salons de beauté sont au centre des activités ? « Cela est très difficile à prédire, parce qu'il existe de plus en plus des sources plurielles d'apprentissage et d'identification, souligne Danielle Pichon. Si l'enfant rencontre dans sa vie des gens pour lesquels il a une certaine admiration et auxquels il s'identifie, il peut finir par haïr ses parents de lui avoir inculqué des intérêts superficiels et matériels. Dans d'autres cas, l'enfant ingère le modèle inculqué par les parents et finit par être à six ans une petite bonne femme aux préoccupations superficielles. Maintenant, ce modèle peut plaire à une société qui se vide de sa consistance, ce qui est le cas. »

À quel âge faut-il introduire les soins ? « Les soins s'accompagnent avec la volonté d'être coquet, avec l'hygiène et surtout à la demande de l'enfant quand cela s'inscrit dans le désir de se plaire et non pas de plaire, affirme Danielle Pichon. Une petite fille au système pileux abondant qui demande à l'âge prépubère la raison pour laquelle elle a des poils : en tant que mère, je dois répondre immédiatement à la demande de ma fille de manière à ce qu'elle ne développe pas un complexe. Mais il faut qu'elle sache que je fais cela pour qu'elle se plaise. Cet acte prend ainsi une dimension d'hygiène, de beauté et d'esthétique bien à sa place. Il ne s'agit pas d'une préoccupation permanente et primaire. »

t la psychologue de conclure : « Aujourd'hui, on n'a pas le droit d'être ignorant. J'aimerais que les parents cherchent sur Internet les besoins des enfants, comme celui de jouer, d'inventer et de se nourrir, ainsi que les besoins affectifs et de sécurité... Dans cette liste de besoins, il n'y a pas un seul qui fasse référence à la nécessité d'aller chez l'esthéticienne et le coiffeur, de faire des massages ou de se faire manucurer. »
Par Nada MERHI-L'orient Le jour

Food inc.

How much do we really know about the food we buy at our local supermarkets and serve to our families?
In Food, Inc., filmmaker Robert Kenner lifts the veil on our nation's food industry, exposing the highly mechanized underbelly that has been hidden from the American consumer with the consent of our government's regulatory agencies, USDA and FDA. Our nation's food supply is now controlled by a handful of corporations that often put profit ahead of consumer health, the livelihood of the American farmer, the safety of workers and our own environment. We have bigger-breasted chickens, the perfect pork chop, herbicide-resistant soybean seeds, even tomatoes that won't go bad, but we also have new strains of E. coli—the harmful bacteria that causes illness for an estimated 73,000 Americans annually. We are riddled with widespread obesity, particularly among children, and an epidemic level of diabetes among adults. enter the official website to read more you will be shocked!

Monday, September 28, 2009

VIèmes Jeux de la Francophonie - Beyrouth 2009


« Partir Revenir », tel est le thème de la cérémonie d'ouverture des VIe jeux de la francophonie. Le spectacle rend hommage au Liban, à son histoire et à sa culture ; il mobilise 200 musiciens, 100 danseurs, 60 chanteurs... En vedette : la Libanaise Magida el-Roumi et le Sénégalais Youssou N'Dour, accompagnés par Gabriel Yared et Khaled Mouzannar. Un spectacle mis en scène par Daniel Charpentier, placé sous l'égide de Noura Joumblatt, présidente du Festival International de Beiteddine. Pour plus d'infos vous pouvez visiter le site dex jeux

Thursday, September 17, 2009

Funniest autoreplies messages.

1. I am currently out at a job interview and will reply to you if I fail to get the position. Be prepared for my mood.

2. You are receiving this automatic notification because I am out of the office. If I was in, chances are you wouldn’t have received anything at all.
3. Sorry to have missed you, but I am at the doctor’s having my brain and heart removed so I can be promoted to our management team.
4. I will be unable to delete all the unread, worthless emails you send me until I return from vacation. Please be patient and your mail will be deleted in the order it was received.
5. Thank you for your email. Your credit card has been charged $1.99 for the first 10 words and $5.99 for each additional word in your message.
6. The e-mail server is unable to verify your server connection and is unable to deliver this message. Please restart your computer and try sending again. (The beauty of this is that when you return, you can see how many in-duh-viduals did this over and over.)
7. Thank you for your message, which has been added to a queuing system. You are currently in 352nd place, and can expect to receive a reply in approximately 19 weeks.
8. Hi, I’m thinking about what you’ve just sent me. Please wait by your PC for my response.
9. I’ve run away to join a different circus.
10. I will be out of the office for the next 2 weeks for medical reasons. When I return, please refer to me as ‘Loretta’ instead of ‘Steve’.

Monday, September 14, 2009

Crepaway VS Mcdonalds!


I always said that Lebanese people are so smart and creative specially in advertising...who doesn’t know the famous slogan Comes as you are for the Lebanese restaurant chain crepaway? Today I was surprised by the same slogan used by Mcdonald France! Who is copying here??? and who will keep his slogan?

Update: Crepaway launched CAUR back in 2005 (whereas the fastfood version started early 2009). It was pitched by Leo Burnett. Much more than a slogan, it was and still is Crepaway's Unique Selling Proposition.

Sunday, September 13, 2009

Through BuYoussef’s eyes


Photography is my hobby and when browsing the net i have  discovered some amazing pictures from different places and different perspectives through Bou youssef’s eyes, if you like photography or if you just like beauty this Blog  is a must! great work with a high definition photos from all over the world…have a look and travel  through BouYoussef's eyes....

Tuesday, September 8, 2009

Crazy Love

The new Michael Buble album Crazy Love will be out 9 november 2009, it should be a geat album.. .you can enjoy his new great  single  Havent Met you Yet enjoy it...

Saturday, September 5, 2009

Dany And Nadine


Cool and fun project. based on real people, and put them in fun (and funny) situations linked to their big day.Dany and Nadine the project is by  the talented Habib Feghali check out his work.

Stat